Logo-Rallye

Logo-Rallye

Règle : Ecrire un texte (récit ou poème) dans lequel apparaissent obligatoirement, dans un ordre choisi à l’avance, une série de mots.

Première louchée :

Roses, garage, jus, homicide, danger. (à partir d’un générateur aléatoire)

Il est bientôt midi et comme chaque jour, Mme Desbeaux s’occupe de son massif de roses. Dans un quart d’heure sinon quelques minutes, son tendre Armand va revenir en grande pompe du garage, au volant de son véhicule fraîchement révisé. Selon l’expert et d’après ce que Mme Desbeaux avait ouï dire,  il ne s’agissait que d’un simple problème de jus ou d’un quelconque manque d’huile. Rien de très inquiétant en somme et surtout aucun risque d’accident ou autre homicide involontaire, contrairement à ce que son mari avait clamé la semaine durant. En vérité, la seule chose que craint son épouse à l’heure actuelle, réside dans le montant de la douloureuse ; car si danger il peut y avoir, c’est celui du niveau de leur compte en banque.

Deuxième louchée :

Malheureux, sentiments, frein, demander, quadrupède, pôle.

N’y a-t-il pas plus malheureux au monde qu’un homme empli de déception amoureuse. Alors même que ses sentiments frôlaient la stratosphère, sa maîtresse décida de le quitter. Une telle nouvelle mis un frein à tous ses projets présents et futurs, en plus de lui infliger une cuisante déconvenue. Une poignée d’heures plus tard, Igor (c’est son nom) en vint à se demander, s’il n’aurait pas été plus heureux dans la peau d’un simple quadrupède à parcourir les étendues glacées du Pôle nord… L’avenir seul le dira et ce futur est très incertain, surtout lorsque le présent résulte d’une écriture quasi-automatique.

Petit variante sporadique : essayer de placer les cinq mots en une seule phrase : 
Verre, étoile de mer, dentiste, magicien & radiateur

Au sein de son aquarium en verre, l’étoile de mer frigide et immobile observe son propriétaire, à la fois dentiste du XIIème arrondissement et magicien odontologique, s’escrimer à régler l’intensité de son radiateur.

Lasu komenton ... aŭ admiru (Un commentaire ?)

%d blogueurs aiment cette page :